La position des femmes dans la société Bouriate

L'actualité du sujet. Le problème de la position des femmes dans la société moderne de Buryat est particulièrement pertinent ; leur position détermine le statut social de la nation dans le monde civilisé. Au cours des dernières décennies en Russie, en particulier en Bouriatie, à la suite des réformes du marché, le système de paternalisme d'État à l'égard des femmes s'est effondré, ce qui a entraîné une détérioration notable du statut des femmes. Bien que le gouvernement russe ait approuvé en janvier 1996 le "Concept d'amélioration du statut des femmes dans la Fédération de Russie", pour la mise en oeuvre duquel une Commission interdépartementale sur l'amélioration du statut des femmes a été créée en mai 1996, la situation actuelle se caractérise néanmoins par une discrimination accrue à l'égard des femmes sur le marché du travail, l'incapacité des autorités à prévenir la violence à l'égard des femmes, des taux de mortalité maternelle et infantile lamentables, l'insécurité juridique de diverses catégories de femmes (femmes au foyer, salariées dans les ménages privés, femmes dans la sphère privée et femmes dans les grandes sociétés et entreprises) et un manque de protection de leurs droits. En outre, dans notre pays, et dans la république en particulier, des processus négatifs tels que l'augmentation du nombre de mères célibataires, d'enfants abandonnés, de divorces, la détérioration de la situation démographique dans son ensemble se sont intensifiés.

Afin d'aborder ces problèmes de notre temps, il devient important d'étudier le statut de la femme dans le développement historique, car il permet, en comprenant le positif et le négatif de sa position dans le passé, d'identifier les principaux domaines d'action pour améliorer réellement le statut de la femme. Les facteurs historiques, ethnoculturels et ethno-religieux doivent être pris en compte pour discuter et résoudre le problème du statut des femmes aujourd'hui. Les négliger, s'en abstraire, se concentrer uniquement sur le présent peut conduire à de nombreuses erreurs, à des actions hâtives et inconsidérées.

L'actualité de la thèse est déterminée par le besoin urgent d'une couverture objective de la place et du rôle des femmes dans la société Buryat. Les réalités actuelles exigent de reconsidérer le stéréotype sur la position extrêmement "dure et impuissante" d'une femme Bouriate dans la famille et la société à l'époque prérévolutionnaire, qui est présent dans un nombre important de travaux de chercheurs des périodes prérévolutionnaire et soviétique ; ces stéréotypes ont été utilisés dans la littérature russe jusqu'à une époque récente. De nombreuses coutumes du Buryat, telles que le lévirat, la polygamie et les coutumes d'évitement, n'ont pas été considérées à juste titre par les chercheurs comme une preuve de la déresponsabilisation des femmes. Sans une évaluation objective de la situation de la femme Buryat dans le passé, il est impossible de comprendre objectivement son état actuel.

L'étude du statut des femmes Buryat dans le passé est d'ailleurs l'une des composantes les plus importantes du sujet d'actualité contemporain - la renaissance nationale du peuple Buryat. En étudiant le statut des femmes dans la société bouriate de la seconde moitié du XIXe siècle et du début du XXe siècle, nous sommes partis du principe que les questions de statut social, juridique et familial d'une femme bouriate sont toujours liées aux réalités d'une période historique particulière, à l'influence des traditions, des coutumes et de la culture des peuples voisins.

La pertinence du sujet est déterminée par le fait qu'il appartient au domaine des problèmes inexplorés dans l'histoire nationale.

Le degré d'étude du problème. Le sujet n'a pas été étudié dans l'historiographie russe, même si certains aspects du statut des femmes Bouriates ont été mis en évidence dans diverses publications à partir de la première moitié du XIXe siècle. Parshin, N.S. Shchukin, N.M. Astyrev, A.V. Potanina, M.A. Yadrintsev, G.M. Osokin, des informations précieuses, mais en même temps très brèves sur la position d'une femme Bouriate ont été trouvées. V. Parshin dans son ouvrage "Trip to Transbaikal Region" (M,

1844) mentionne une grande religiosité des femmes bouriates et signale un grand nombre de femmes bouriates qui ont prononcé des voeux bouddhistes. N. S. Shchukin, dans son essai "Bouriates" (M, 1849), définit la position d'une femme mariée parmi les hommes pauvres des Bouriates comme "extrêmement difficile", par opposition à la position d'une femme noble. A.V.Potanina, dans "From observations on the life of Buryats" (Irkoutsk, 1890) et N.M.Yadrintsev, dans son ouvrage "Siberian peasants, their life and present position" (SPb, 1891), ont constaté que les épouses des Bouriates étaient lourdement chargées de tâches ménagères, car elles effectuaient également des travaux agricoles en plus de leur travail féminin. G.M. Osokin, dans son ouvrage "Matériaux pour l'ethnographie de la Transbaikalie occidentale" (M., 1898), parlant de la vie d'une épouse dans une famille bouriate, écrit : "Les femmes bouriates envient souvent ouvertement la vie d'une épouse russe et tolèrent davantage la volonté de son mari".

Certaines informations sur le rôle et la place d'une femme dans la famille Bouriate sont contenues dans la recherche de A.P. Chchapov "La communauté du clan Bouriate ulus" (Irkoutsk, 1937), dans laquelle l'auteur, étudiant les relations mutuelles entre les membres de cette communauté, souligne une position plus libre des filles dans la famille Bouriate, par opposition aux jeunes belles-femmes mariées. Dans ses petites esquisses ethnographiques "Buryat Woman" (Irkoutsk, 1885) de Y.P. Dubrova et "Buryat Woman" (1892) de G.N.Potanin, on trouve une brève description des tâches ménagères de la femme bouriate, de ses vêtements et de ses ornements.

Certains aspects de la vie de la femme Bouriate sont abordés dans les travaux des scientifiques de Bouriate M. N. Khangalov "Collected works, vol. 1,11" (Oulan-Oudé, 1958). (Ulan-Ude, 1958, 1960) et G. Ts. G.Tsybikov "Oeuvres de collection, T.P." (Novossibirsk, 1981). (Novossibirsk, 1981), ainsi que dans le patrimoine scientifique de l'ethnographe régional G.-D. Natsov "Matériaux sur l'histoire et la culture des Bouriates" (Oulan-Oudé, 1995). Les travaux de M.N. Khangalov sont particulièrement précieux pour nous, car l'auteur y aborde, entre autres, le rôle des femmes dans la famille et la société, ainsi que dans la vie religieuse des chamans Bouriates.

Le problème de la position de la femme dans la société bouriate traditionnelle (traditionnelle est comprise ici comme synonyme de l'étape préindustrielle de la société bouriate) a été reflété dans les travaux des chercheurs de la période soviétique (1917 - 1991), cependant, principalement comme un problème connexe. Dans la littérature scientifique de la période soviétique, la situation des femmes Bouriates a été examinée dans les contextes suivants :

1) caractéristiques de l'ethnie ou du groupe local des Bouriates - dans les études de B.E. Petri, D.D. Dobryansky, K.V. Vyatkina, E.M. Zalkind, J1.J1. Linhovoyn, B. Chimytov. Parmi les travaux des auteurs cités, on distingue ceux de B.E.Petri et de K.V.Vyatkina, qui se distinguent par l'ampleur des questions, caractérisant la situation des femmes bouriates avant la révolution, bien qu'ils soient également couverts par des fragments. Dans l'article "Normes de mariage dans les Bouriates du Nord" (Irkoutsk, 1924), B.E.Petri souligne l'influence négative que les traditions des Bouriates de payer le kalym pour la mariée ont exercée sur la position des Bouriates. L'auteur écrit qu'en raison de cette coutume, une femme bouriate agissait comme une sorte de marchandise. Dans l'article "Relations intrafamiliales entre les Bouriates du Nord" (Irkoutsk, 1925), B.E.Petri indique que le comportement d'une femme Bouriate mariée est strictement réglementé, car elle doit respecter un certain nombre de règles et d'interdictions religieuses établies pour elle par la société. Dans sa monographie "Essays on Buryat Culture and Everyday Life" (L., 1969), la question du statut de la femme bouriate dans la période pré-révolutionnaire a été abordée en examinant les traditions tribales dans les relations familiales et conjugales des bouriates. Sur la base d'une analyse du droit coutumier des Buryat et de l'existence de nombreuses interdictions à l'égard des femmes Buryat, l'auteur définit leur statut comme "humiliant et impuissant" ;

2) dans le contexte du problème du développement social et de l'évolution de la famille - dans les études de A.A. Kharaev, Y.B. Randalov, et K.D. Basaeva. Dans les articles "Mariage et famille des Bouriates d'Ukiur" de A.A. Kharaev (Irkoutsk, 1929) et "Famille et mariage des Bouriates de Bichur" de Y.B. Randalov (Ulan-Ude, 1962), il est dit à juste titre que la principale cause de la position difficile d'une femme mariée dans la famille Bouriate était une profonde tradition patriarcale dans le ménage Bouriate, qui limitait sa liberté et entravait son développement. K.D. Basaeva dans le chapitre "Famille et vie familiale" de sa monographie collective "Vie quotidienne moderne et processus ethnoculturels en Bouriatie" (Novossibirsk, 1984. (Novossibirsk, 1984) examine, avec d'autres questions de la famille Bouriate et les changements de la position des femmes dans la famille pendant la période soviétique. Le problème est traité de la manière la plus complète dans la monographie de K.D. Basaeva intitulée "Family and Marriage with the Buryats" (Ulan-Ude, 1991). Cet ouvrage est précieux pour notre étude car il s'agit de la première recherche complexe sur l'histoire de la famille et du mariage des bouriates dans la seconde moitié du XIXe et le début du XXe siècle, dans laquelle la position d'une femme bouriate dans une famille traditionnelle est analysée en détail sur la base de nombreux documents d'archives et de documents historique-ethnographiques, ainsi que des recherches de terrain de l'auteur. En outre, dans son ouvrage, l'auteur définit le statut de la femme Bouriate avant la révolution de la manière la plus objective, en disant que sa position était de nature double ;

 

3) dans le cadre de la problématique du statut de la femme. Pendant la période soviétique, le problème du statut des femmes parmi les différents peuples a été examiné dans un nombre important d'études par les historiens soviétiques (J.T. Ivanova, V.A. Zabelina, E.M. Toshchakova, E.E. Novikova, D. Azhibaeva, etc.) Cependant, tous ces travaux ont été écrits, dans leur ensemble, dans le contexte de l'inégalité économique et sociale des femmes à l'époque pré-révolutionnaire, la manifestation de changements positifs dans le statut des femmes étant exclusivement associée à la restructuration de leur vie dans les nouvelles conditions sociales.

Le processus d'"émancipation" des femmes bouriates a été examiné dans les travaux de F. A. Kudryavtsev "Sur le développement de l'éducation chez les femmes travailleuses de Bouriatie" (Ulan-Ude, 1961. (Oulan-Oudé, 1929), A. A. Vartanova "Les femmes du Bouriate-Mongolie soviétique" (Oulan-Oudé, 1952), la thèse de N. V. Olzoeva "Activité de l'organisation régionale du parti Bouriate sur l'implication des femmes dans la construction du socialisme (1917-1925)" (Moscou, 1964), dans la monographie de R. V. Grebenkina "Le RCP (b) - organisateur du mouvement des femmes en Transbaikalie (1920-1925)" (Novosibirsk, 1980) et dans 27 articles des auteurs de la collection "Femmes de la Bouriatie soviétique". (Ulan-Ude, 1969). Dans ces publications, la position des femmes de Buryat avant la révolution de 1917 était officiellement proclamée comme servile et elles étaient elles-mêmes extrêmement sombres et religieuses. Rédigés selon les directives idéologiques et propagandistes de l'époque, ces ouvrages ne reflètent pas entièrement la situation réelle des femmes Buryat de la période pré-révolutionnaire ;

4) dans le contexte de la caractérisation de la vie religieuse de Bouriate - dans les œuvres de S.V. Ivanov, R.J. Zhalsanova, T.A. Bertagaev, et T.M. Mikhailov. Dans sa recherche "L'origine des bouriates avec des images de femmes" (Moscou, 1951), S.V. Ivanov, ayant pour la première fois généralisé les documents sur les bouriates avec des images de femmes, est arrivé à la conclusion que l'abondance des mauvais esprits féminins dans les bouriates indique la position difficile des femmes dans la société patriarcale bouriate. Dans l'article de R.Zh. Zhalsanova "Sur la religiosité des femmes dans les zones rurales de la Bouriatie (U-Ude, 1971) pour la première fois dans la littérature historique et ethnographique, le problème de l'influence des points de vue religieux de Buryat sur la position de la femme est abordé. L'ouvrage de T.A. Bertagaeva "Le culte de la déesse mère et du feu chez les tribus mongoles" (M., 1973) est consacré à l'étude du culte très répandu, chez les peuples mongols, d'une femme - ancêtre, gardienne du feu. Le rôle des femmes dans la vie religieuse des chamans Bouriates peut être caractérisé par les travaux de T. M. Mikhailov "From the History of Buryat Shamanism from Ancient Times to the 18th Century" (Novosibirsk, 1980). (Novossibirsk, 1980) et "Buryat shamanism : history, structure, and social functions" (Novossibirsk, 1987), qui, avec d'autres numéros de l'histoire du chamanisme Buryat, passe en revue la position des femmes chamanistes Buryat dans le passé, et cite les interdictions chamanistes concernant les femmes.

Parmi les ouvrages publiés pendant la période soviétique, les ouvrages sur l'histoire de la Bouriatie de V.P. Girchenko, A.P. Okladnikov, F.A. Kudryavtsev, P.T. Khaptaev et N.P. Egunov, qui donnent une image détaillée du développement socio-économique de la société Bouriate dans la seconde moitié du XIXe siècle et au début du XXe siècle, sont particulièrement intéressants pour notre étude. Les travaux des principaux chercheurs russes sur les croyances et cultes traditionnels Bouriates : K.M. Gerasimova, G.R. Galdanova, T.D. Skrynnikova, et D.S. Dugarov forment la base théorique essentielle pour déterminer l'influence des points de vue religieux Bouriates sur le rôle et la position des femmes.

Dans la période post-soviétique (de 1992 à nos jours), les études consacrées aux questions féminines (travaux de S.V. Romanova, T.A. Bernshtam, N.Kozlova, J.J.Ivanov, etc.) et aux études sur le genre (travaux de H.J.L. Pushkareva, G.G. Sillaste, S.G. Aivazova, E. Zdravomyslova, etc.) Cependant, l'auteur doit noter qu'aucune recherche spéciale sur les femmes bouriates (y compris le problème de la position de la femme dans la société traditionnelle bouriate) n'a encore été menée.

En même temps, il est à noter que durant cette période, certains travaux généralisés sur l'histoire de la Bouriatie, en particulier, G.L. Sanzhiev et la "Bouriatie" d'E.G. Sanzhieva. L'histoire. L'histoire de la Bouriatie dans les XVII-XIX cc. (Vol. 4, Ulan-Ude, 1999) et l'ouvrage collectif "Histoire et culture du peuple Bouriate" édité par T. M. Mikhailov (Ulan-Ude, 1999) ont montré la tendance à donner plus de détails sur la situation des femmes Bouriates dans la période pré-révolutionnaire. Ainsi, dans le premier ouvrage, une certaine attention est accordée au problème de l'égalité hommes-femmes dans la société bouriate des XVIIe - XIXe siècles, et dans le second, la question de l'éducation des femmes bouriates dans la seconde moitié du XIXe siècle est élucidée.

À cette époque, certains aspects de la position des femmes dans la société traditionnelle des Bouriates de Transcaucasie sont examinés dans la monographie de G.R. Galdanova "The Transcaucasian Buryats" (Novosibirsk, 1992).

Les ouvrages, publiés dans la dernière décennie du XXe siècle, consacrés à l'étude de la condition féminine chez différents peuples au tournant des XIXe et XXe siècles (articles de A.V. Smolyak, S.S. Kryukova, L.F. Monogarova, T.P. Fedyanovich, N.A. Ksenofontova, S.I. Vainshtein, thèse de V.V. Dorzheyeva, etc.) Dorzheeva, etc.). Nous nous intéressons également aux travaux de Ch. G. Andreev "Les peuples indigènes de Sibérie orientale dans la seconde moitié du XIXe siècle - début du XXe siècle". ("Ulan-Ude", 2001), dans laquelle l'auteur révèle un processus complexe de modification du mode de vie des aborigènes de Sibérie orientale (Bouriates en particulier) au cours du développement historique.

Dans l'historiographie étrangère, le problème de la position des femmes dans la société traditionnelle de Buryat n'est pratiquement pas abordé. On ne trouve de brèves mentions des femmes bouriates que dans les ouvrages "Woman in Natural History and Ethnology" (Syktyvkar, 1995) de l'anthropologue allemand G. Ploss, de la fin du XIXe siècle, et de l'ethnographe et spécialiste des questions religieuses anglais D. D. Frazier, du premier quart du XXe siècle. The Golden Branch" de D.D. Frazer (Moscou, 1998).

L'analyse historiographique conduit à la conclusion que les publications historiques n'ont reflété que des questions isolées sur le statut des femmes Bouriates ; de nombreux ouvrages, compte tenu de leurs objectifs idéologiques, ont donné des estimations non objectives du statut des femmes Buryat avant la Révolution ; aucune étude globale spéciale sur le statut des femmes dans la société Buryat dans la seconde moitié du XIXe siècle -- le début du XXe a été faite.

Objectif de la recherche. L'objectif principal de la thèse est l'étude historique et ethnographique complète du statut des femmes Buryat dans la famille et la société dans la seconde moitié du XIXe siècle - début du XXe siècle.

L'objectif déclaré détermine l'accomplissement des tâches suivantes : - Déterminer le rôle et la position d'une femme dans la famille Buryat en tenant compte de ses fonctions professionnelles ;

- pour retracer la transformation du statut des femmes dans les familles Buryat ;

- retracer l'évolution du statut juridique des femmes dans la société Buryat ;

- analyser l'impact des points de vue religieux de Buryat sur le statut des femmes ;

- examiner le rôle et la position des femmes chamanes et des novices bouddhistes dans la société bouriate.

Objet et sujet de la recherche. Les femmes bouriates de la seconde moitié du XIXe siècle - début du XXe siècle seront étudiées. Le statut social, patrimonial et juridique des femmes Buryat, leur rôle dans la famille et la société sont examinés.

Le cadre chronologique de la recherche couvre la période allant des années 1960 aux années 1920. Le cadre chronologique de la recherche couvre la période allant des années 1960 aux années 1920. La limite supérieure du cadre chronologique est liée à l'entrée de la Russie dans la période de développement intensif des relations capitalistes. À cette époque, sous l'influence des relations capitalistes, des changements importants ont eu lieu dans les normes du mariage Buryat et dans la forme et la structure de la famille Buryat, ce qui a augmenté le statut juridique des femmes dans la société Buryat. En outre, la christianisation intensifiée durant cette période a également joué un certain rôle dans l'émancipation de la femme Bouriate en lui offrant des possibilités supplémentaires de divorcer de son mari, de recevoir une éducation dans les écoles de missionnaires, etc.

La période de développement du capitalisme dans la société Bouriate est l'époque où, malgré la domination des idées patriarcales, les vues des Buryats sur la place et le rôle de la femme dans la famille et la société ont commencé à évoluer lentement mais sûrement dans une direction progressive.

La frontière inférieure est déterminée par le fait qu'avec l'établissement du pouvoir soviétique dans la province d'Irkoutsk et la région du Transbaykal (initialement dans et

1918, puis en janvier et mars 1920) La société traditionnelle de Buryat a connu une modernisation active qui a entraîné de profonds changements dans presque toutes ses sphères de vie. La période postérieure à 1920 nécessite donc une étude séparée.

Le champ d'application territorial couvre le territoire habité par les bouriates de la province d'Irkoutsk et de la province de Transbaikalia pendant la période considérée.

Nouveauté scientifique. Pour la première fois, l'auteur a effectué des recherches approfondies sur les questions liées au statut juridique des femmes bouriates pendant cette période ; elle a suivi la transformation du statut des femmes dans les familles ; elle a examiné le statut des chamans et des novices bouddhistes dans la société bouriate. La thèse examine l'influence des points de vue religieux de Buryat sur le statut des femmes de manière exhaustive. La thèse présente un nouveau travail de terrain mené par l'auteur dans les régions d'Ivolginsky, Kizhinginsky et Khorinsky de la République de Bouriatie, ainsi que dans la zone autonome de Bouriate Aginsky de la région de Chita, en se basant sur les buts et objectifs de la recherche.

La base de sources est constituée d'un large éventail de sources publiées et non publiées, qui peuvent être divisées en plusieurs groupes.

Le premier groupe est constitué de documents d'archives. Les documents suivants ont été utilisés lors des travaux de recherche de la thèse :

1. Archives nationales de la République de Bouriatie (NARB).

La collection de la Commission pour l'amélioration du travail et de la vie des femmes du Comité exécutif central russe (VTSIK) de l'ANRB contient de nombreux documents sur la situation des femmes Bouriates, ainsi que sur les activités des organisations de femmes en Bouriatie pendant les périodes post-révolutionnaire et soviétique ; mais les documents sur le sujet de notre étude de la période pré-révolutionnaire sont extrêmement rares. Les informations dont nous avons besoin se trouvent uniquement dans le F. 460. Op. 1, d. 1/118. Pl. Ce document indiquait notamment que les Bouriates étaient des tribus nomades qui étaient régies par leurs propres lois et coutumes de la steppe. En outre, le statut de 1822 contient un article (153) qui stipule que les femmes sont exclues de l'héritage des fonctions publiques par les étrangers. Et en f. 129. d. 84 - Pétition des parents de J. Bainova. Ce document est une pétition des proches de la femme décédée pour punir son mari coupable de sa mort, probablement écrite par le greffier de la Douma de la steppe d'Aginsky pour être soumise à une autorité supérieure.

2. le département des monuments de la langue écrite de l'Institut d'études mongoles, bouddhistes et tibétaines (IMDBiT) SB RAS.