Relations entre la Turquie et la Russie

Les relations russo-turques continuent à se développer activement dans tous les domaines. En termes d'intensité des contacts officiels, la phase actuelle a déjà dépassé celle d'avant la crise, ce qui est largement dû au niveau élevé de confiance entre les présidents de Russie et de Turquie.

L'élaboration d'une stratégie commune pour le développement des relations russo-turques, ainsi que la coordination des grands projets de partenariat bilatéraux sont du ressort du Conseil de coopération de haut niveau (HLC) dirigé par le Président de la Fédération de Russie V.V. Poutine et le Président de la République de Turquie R.T. Erdogan. Sa huitième réunion a eu lieu le 8 avril 2019 à Moscou. Dans le cadre du JCPOA, on trouve : le groupe de planification stratégique conjoint dirigé par les ministres des affaires étrangères Sergey V. Lavrov et M. Çavuşoğlu, la commission intergouvernementale conjointe russo-turque sur la coopération commerciale et économique (CPM, coprésidée du côté russe par le ministre russe de l'énergie A.V. Novak, du côté turc par le ministre turc du commerce R. Pekcan), le Forum public (qui supervise les relations publiques et humanitaires).

Les relations bilatérales ont été assombries par la destruction par l'armée de l'air turque d'un bombardier militaire russe SU-24 en Syrie le 24 novembre 2015. Sept mois plus tard, au cours desquels les liens bilatéraux ont été effectivement "gelés", le président turc R.T. Erdogan a envoyé un message au président russe Vladimir V. Poutine le 27 juin 2016, dans lequel il s'est excusé.

Sept réunions et 18 conversations téléphoniques ont eu lieu entre le président russe Vladimir Poutine et le président turc R.T. Erdogan en 2018. Depuis le début de l'année 2019, le président turc a effectué trois visites de travail en Russie (23 janvier, 14 février et 8 avril). Le 29 mars 2019, la septième réunion du groupe conjoint de planification stratégique s'est tenue à Antalya.

Un dialogue de travail régulier est maintenu par les gouvernements des deux pays. En juillet 2018, Dmitri Medvedev s'est rendu en Turquie pour participer à la cérémonie d'investiture du président de la Turquie R.T. Erdogan.

Nous constatons l'intensification de la coopération interparlementaire. Les 8 et 9 octobre 2018, Antalya a accueilli la troisième réunion des présidents des parlements des pays d'Eurasie, co-organisée par la Russie, la Turquie et la République de Corée. La délégation russe était dirigée par le président de la Douma d'État de l'Assemblée fédérale de la Fédération de Russie, V.V.Volodine. "En marge de l'événement, M. Volodine a eu des négociations avec le Président de la Grande Assemblée nationale (Parlement) de Turquie (alors M. B. Yildirim).

Dans le cadre de la 140e Assemblée de l'Union interparlementaire au Qatar le 7 avril 2019, V.V.Volodin a rencontré le nouveau président du GNST M.Shentop.

Du 15 au 17 mai 2019, le président du Conseil de la Fédération de l'Assemblée fédérale de la Fédération de Russie V.I.Matviyenko a effectué une visite officielle en Turquie, au cours de laquelle il a rencontré le président de la Turquie R.T.Erdogan et a eu des entretiens approfondis avec M.Shentop.

Depuis le début de 2019, un certain nombre de consultations interministérielles des vice-ministres des affaires étrangères et des directeurs de départements ont eu lieu.

Satisfait de la dynamique croissante des liens économiques bilatéraux. Selon nos données, le chiffre d'affaires des échanges mutuels a augmenté de près de 16 % en 2018, dépassant les 25 milliards de dollars. USD.

Selon les résultats de 2018, la Turquie a de nouveau pris la première place en termes de popularité auprès des touristes russes - le pays a été visité par environ 6 millions de citoyens russes (une augmentation de 26% par rapport à 2017).

La mise en œuvre de projets stratégiques tels que le gazoduc Turkish Stream et la centrale nucléaire d'Akkuyu se déroule selon le calendrier prévu. Le 19 novembre 2018, une cérémonie a eu lieu pour achever la pose en eau profonde de la section offshore de ce gazoduc avec la participation des présidents. En avril 2019, des travaux ont été réalisés pour relier les parties offshore et onshore du Turkish Stream.

En avril 2018, la construction de la première centrale nucléaire de Turquie, Akkuyu, a été lancée. L'objectif est d'assurer la mise en service de la première unité de puissance en 2023, à temps pour le 100e anniversaire de la République de Turquie.

Les relations bilatérales dans les domaines de la construction, de l'agriculture, de la métallurgie, de l'industrie automobile et de la coopération militaro-technique ne cessent de se développer. Nous voyons un grand potentiel dans des domaines de coopération aussi prometteurs que la construction aéronautique, l'espace, les produits pharmaceutiques, les technologies numériques.

Le 8 avril 2019, la grande cérémonie d'ouverture de l'Année de la culture et du tourisme "Carrefour" s'est tenue sur la scène du Théâtre du Bolchoï, avec un certain nombre d'événements prévus.

Coopération sur la Syrie

Nous apprécions hautement l'entente mutuelle existante avec Ankara sur le règlement syrien. Grâce à l'étroite coopération entre la Russie et la Turquie, notamment dans le cadre du format Astana avec la participation de l'Iran, il a été possible d'accélérer le processus de recherche d'un règlement politique sur la base de la résolution 2254 du Conseil de sécurité des Nations unies et des décisions du Congrès du dialogue national syrien. Les deux pays travaillent ensemble, y compris par le biais de l'armée, pour assurer le fonctionnement de la zone démilitarisée dans la province d'Idlib afin d'éliminer les points chauds et d'accélérer le processus de désengagement entre modérés et radicaux. 

 

Histoire des relations avec la Turquie

L'histoire des relations interétatiques russo-turques remonte à plus de cinq siècles - une lettre du prince Ivan III sur les questions de commerce maritime envoyée le 30 août 1492 au sultan ottoman Bayazid II a été préservée. L'ambassade de l'Empire russe à Istanbul a été ouverte à titre permanent en 1701.

Les relations diplomatiques entre la RSFSR et la République de Turquie ont été établies le 2 juin 1920. Les relations diplomatiques avec l'URSS ont été établies le 23 juillet 1923. En décembre 1991, la Fédération de Russie a été reconnue comme le successeur légal de l'URSS.

Les relations russo-turques sont basées sur un large cadre juridique conventionnel. Entre la Russie, y compris en tant que successeur juridique de l'URSS, et la Turquie, il existe plus de 60 documents de base régissant l'interaction dans les différentes sphères des relations bilatérales. Les plus importants d'entre eux sont le Traité d'amitié et de fraternité du 16 mars 1921, le Traité sur les principes des relations du 25 mai 1992 et la Déclaration commune sur l'avancement d'une nouvelle étape des relations entre la Fédération de Russie et la République de Turquie et sur l'approfondissement de l'amitié et du partenariat multiforme du 13 février 2009.

Les relations de la Russie avec la Turquie dans de nombreux domaines ont atteint le niveau d'un partenariat avancé et multiforme. Cela est confirmé par le dialogue politique qui se développe activement au plus haut niveau. Au cours des quatre dernières années, plus de dix réunions entre les dirigeants de la Russie et de la Turquie ont été organisées sous différentes formes au plus haut niveau.

Les 5 et 6 décembre 2004, le président russe Vladimir Poutine a effectué une visite officielle en Turquie au cours de laquelle une déclaration politique commune sur l'approfondissement de l'amitié et du partenariat multilatéral ainsi qu'un certain nombre d'accords intergouvernementaux ont été signés. En novembre 2005, le président russe Vladimir Poutine a effectué une visite de travail à Samsun où s'est tenue la cérémonie d'inauguration officielle du gazoduc Blue Stream trans-mer Noire.

Du 12 au 15 février 2009, le président de la Turquie, Abdullah Gul, a effectué une visite d'État en Russie, au cours de laquelle une déclaration commune a été signée sur l'avancement des relations entre la Fédération de Russie et la République de Turquie vers une nouvelle étape et un nouvel approfondissement de l'amitié et du partenariat multidimensionnel.

Du 10 au 12 janvier 2005, Recep Erdogan, le Premier ministre turc, a effectué une visite de travail à Moscou. Le 13 août 2008, Recep Erdogan a effectué une visite de travail en Russie où il a rencontré le président russe Dmitri Medvedev et le premier ministre russe Vladimir Poutine.

En août 2009, le Premier ministre russe Vladimir Poutine s'est rendu en Turquie. Lors de sa visite, le Premier ministre russe a rencontré son homologue turc Tayyip Erdogan. À l'issue des négociations, un vaste ensemble de documents intergouvernementaux a été signé.

La Russie et la Turquie, en particulier, se sont mises d'accord sur la construction du deuxième tronçon du gazoduc Blue Stream, qui fera de la Turquie un important centre de transit du gaz pour les pays du Moyen-Orient. En outre, les parties ont signé un protocole sur la participation de la Russie à la construction de la première centrale nucléaire en Turquie - on suppose qu'elle sera située près de stations balnéaires turques renommées.

Un mémorandum sur la coopération dans le domaine spatial a été signé. Le document prévoit une coopération dans des domaines tels que la télédétection de la Terre, les systèmes de navigation, y compris le GLONASS, ainsi que la création conjointe de satellites.

Après les négociations avec Erdogan, Vladimir Poutine a été reçu par le président turc Abdullah Gul. La réunion s'est déroulée à huis clos.

En janvier 2010. Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan s'est rendu en Russie en janvier 2010. À Moscou, M. Erdogan s'est entretenu avec le président russe Dmitri Medvedev et a rencontré le premier ministre russe Vladimir Poutine.

Le président russe Dmitri Medvedev et Recep Tayyip Erdogan, premier ministre turc, ont discuté de la mise en place des gazoducs South Stream et Blue Stream-2 ainsi que de la construction de la première centrale nucléaire en Turquie.

Suite à la réunion de Moscou, la Russie et la Turquie ont signé une déclaration commune sur la construction de centrales nucléaires sur le territoire turc. Le document a été signé par Igor Sechin, vice-premier ministre russe chargé du complexe énergétique et des combustibles, et son homologue turc.

Des consultations russo-turques sont systématiquement menées par le ministère des affaires étrangères, les ministères du pouvoir des deux pays, et des contacts sont maintenus entre les ministères et les organisations concernés.

En juillet et septembre 2008, le ministre des affaires étrangères Sergey Lavrov a effectué une visite officielle et de travail en République de Turquie.

En juillet 2009. Le ministre des affaires étrangères de la République de Turquie, Ahmed Davutoglu, a effectué une visite de travail en Russie en juillet 2009.

Parmi les contacts interministériels les plus récents, il convient de mentionner les visites en Russie du commandant des forces aériennes turques, le général Faruk Jomert, en juin 2007, du ministre turc des transports et des communications, Binali Yildirim, en avril 2008, les visites officielles en Turquie du commandant en chef de la marine russe, Vladimir Vysotsky, en juin, et du ministre russe de la défense, Anatoly Serdyukov, en novembre 2008, la visite de travail à Istanbul du ministre russe des transports, Igor Levitin, en décembre 2008, et la visite officielle du ministre de la défense, Anatoli Serdyukov, en novembre 2008. 

Les liens commerciaux et économiques entre la Russie et la Turquie sont basés sur un large cadre juridique, y compris des accords intergouvernementaux sur la coopération dans un certain nombre de secteurs.

Depuis le début des années 1990, les relations commerciales et économiques russo-turques ont fait preuve d'une dynamique progressive. L'augmentation du commerce bilatéral s'est produite dans un contexte de croissance supérieure à celle des exportations russes. Selon le Service fédéral des douanes de Russie, depuis 2000, le chiffre d'affaires commercial a été multiplié par près de 8. Selon les résultats de 2008, la Russie a pris la première place en termes de volume total des échanges. Les exportations russes se sont élevées à 27,1 milliards de dollars, soit une augmentation de 47,5 %, et les importations en provenance de Turquie à 6,1 milliards de dollars, soit une augmentation de 45,2 %.

L'évolution de la crise financière et économique mondiale a entraîné une diminution du chiffre d'affaires commercial entre la Russie et la Turquie.

Sur la base de 2009, le chiffre d'affaires commercial entre la Russie et la Turquie a diminué de 40 % et, selon FCS, s'est élevé à 19,6 milliards de dollars, dont 16,4 milliards de dollars d'exportations russes et 3,2 milliards de dollars d'importations.

Les principales particularités du commerce mutuel au stade actuel sont son déséquilibre tant en volume qu'en structure. Le déséquilibre quantitatif en faveur de la partie russe est dans une certaine mesure compensé par les revenus du tourisme, du commerce "navette", des transferts de fonds de ses citoyens ainsi que des entreprises turques de construction et autres travaillant en Russie (environ 5,5-6 milliards de dollars selon les estimations des experts (données de décembre 2009).

Les produits énergétiques (76 %), les métaux et produits métalliques (14,3 %) dominent dans les exportations russes, et les produits alimentaires (34,1 %), les machines, équipements et véhicules (près de 22 %) et les biens de consommation (17 %) dominent dans les importations en provenance de Turquie.

La coopération en matière d'investissement est l'un des axes de développement actif de l'interaction commerciale et économique de nos pays. Si jusqu'à récemment, les investissements russes étaient principalement dirigés vers le capital social des petites et moyennes entreprises dans le domaine des services (environ 200 millions de dollars en décembre 2009), on observe actuellement une tendance à l'expansion de la coopération en matière d'investissement avec la Turquie, dans des domaines de coopération tels que la communication mobile, les carburants et l'énergie et la métallurgie des métaux ferreux. Le volume total des investissements russes dans l'économie turque (selon les estimations, environ 4 milliards de dollars (données pour 2009)) a été multiplié par plusieurs après le contrat entre le groupe russe Alfa et la holding Chukurova pour l'achat d'un bloc d'actions du plus grand opérateur turc de communications cellulaires, Türksel, fin 2005.

Les principales orientations des investissements turcs en Russie sont le textile, l'alimentation, la chimie, le travail du bois, l'industrie électronique et électrotechnique, la production de matériaux de construction et de finition et la sphère des services : commerce, tourisme et secteur bancaire.

Le volume total des investissements turcs en Russie à la fin de 2008 a atteint environ 2 milliards de dollars, soit 2,8 fois moins qu'en 2007. Il s'agit principalement d'investissements directs et seule une petite partie d'entre eux - environ 100 millions de dollars - consiste en des investissements de portefeuille sous forme de titres acquis par cinq banques turques - Yapi Kredi Moscow, Garanti Bank Moscow, CreditEuropMoscow (ancienne Finansbank Moscow), Ziraat Bank et Denizbank Moscow. Les investissements dans de nombreuses entreprises communes et entreprises prises en location à long terme par les Turcs ne sont pratiquement pas comptabilisés, car ces investissements visant à moderniser et à améliorer leurs performances sont réalisés par l'achat d'équipements et de matériaux sur le marché russe.

La coopération dans le secteur de l'énergie continue de se développer. "Gazprom" fournit actuellement à la Turquie 63 % de tout le gaz dont elle a besoin (troisième place après l'Allemagne et l'Italie). En 2008, le volume des livraisons de gaz naturel russe à la Turquie a dépassé 24,5 milliards de mètres cubes (en 2007 - 23,5 milliards de mètres cubes), dont 10,5 milliards de mètres cubes par le gazoduc Blue Stream. Les deux parties sont intéressées par l'expansion de sa capacité, notamment par la pose d'un gazoduc parallèle ("Blue Stream-2") et son prolongement à travers la Turquie dans le sens de la Méditerranée. 

La Russie fournit chaque année à la Turquie du pétrole pour une valeur d'environ 1,8 milliard de dollars, ainsi que des produits pétroliers pour une valeur de 1,1 à 1,3 milliard de dollars. La Turquie se prépare à lancer la construction du grand oléoduc Samsun-Ceyhan, dont le projet a été approuvé en 2006. Le président Gul a annoncé que "nous voulons mettre en œuvre le projet d'oléoduc Samsun-Ceyhan avec la Russie". L'oléoduc de 550 km de long devrait relier Samsun, dans la région de la mer Noire en Turquie, à Kırıkkale (à 15 km d'Istanbul), où il rejoindra l'oléoduc existant de Ceyhan-Kırıkkale. La capacité du nouveau "tuyau" est conçue pour pomper 50 à 70 millions de tonnes de pétrole de Russie et du Kazakhstan vers le port méditerranéen de Ceyhan.

Il existe de bonnes perspectives de coopération entre les deux pays dans le domaine de l'énergie nucléaire.

Les entrepreneurs turcs effectuent une grande partie de leurs travaux en Russie. Au cours de la dernière décennie, ils ont signé des contrats pour un montant de plus de 17 milliards de dollars.

Le total des investissements directs turcs en Russie dépasse les 5 milliards de dollars. Ces dernières années, l'intérêt des investisseurs russes pour les investissements dans l'économie turque a sensiblement augmenté.

L'organe intergouvernemental chargé des questions de développement et de coordination de la coopération commerciale et économique russo-turque est la Commission intergouvernementale conjointe de coopération commerciale et économique (CIG). Cinq groupes de travail conjoints (sur l'énergie, l'industrie et les technologies, les investissements et les services contractuels, les transports et la construction de transports, la normalisation et la métrologie) fonctionnent au sein de la CIG.

La Turquie montre un intérêt considérable pour la coopération avec les entités de la Fédération de Russie. Afin de développer et d'étendre les relations d'affaires entre les régions des deux pays à la fin des années 1980, le Conseil d'affaires russo-turc (jusqu'en mai 2004 - sous le MEDT de Russie, depuis août 2004 - sous l'égide de la Chambre de commerce et d'industrie de Russie) et le Conseil d'affaires turco-russe - sous le Comité des relations économiques extérieures de la Turquie (DEIK) ont été créés et sont maintenant en activité. Plus de 40 régions russes et plus de 150 sociétés et entreprises turques participent à leurs travaux.

La présence des entreprises turques sur le marché russe des services de passation de marchés reste importante. Environ 150 entreprises de construction turques opèrent actuellement en Russie. La plupart d'entre eux opèrent sur des sites à Moscou et dans la région, à Saint-Pétersbourg, ainsi que dans des villes du Tatarstan, du Bachkortostan, des régions de Sverdlovsk, de Vladimir, de Rostov et de la région de Krasnodar. Au total, depuis la fin des années 1980 et jusqu'en décembre 2009, plus de 800 installations ont été construites en Russie par des entreprises turques.

La présence d'entrepreneurs russes en Turquie est nettement moins importante. Le montant total des travaux effectués par ces derniers est estimé à environ 400 millions de dollars. Cette situation est destinée à améliorer les projets en cours, tels que la construction du complexe métallurgique d'Iskenderun (investissements totaux de 1,7 milliard de dollars), la station de distribution de gaz Sivas, le tunnel hydraulique sous le détroit du Bosphore (projet Marmaray), les gazoducs et les ponts.

Il existe un potentiel d'interaction considérable dans la coopération militaro-technique et dans un certain nombre d'autres domaines de haute technologie.

Les relations russo-turques dans le domaine culturel et humanitaire sont basées sur l'accord intergouvernemental russo-turc de coopération culturelle et scientifique du 19 juillet 1994.

Les échanges bilatéraux sont principalement réalisés par le biais d'une coopération directe entre les ministères et les organisations culturelles des deux pays, sur une base commerciale et non commerciale.

En 2007, l'Année de la culture russe en Turquie a été couronnée de succès, et en 2008 - l'Année de la culture turque en Russie.

Un événement important de ces dernières années a été la restauration en 2008, avec l'aide de l'ambassade et du Centre de la gloire nationale, du complexe commémoratif de Gelibolu à la mémoire des soldats russes qui y sont morts et y ont été enterrés dans les années 20.

La coopération entre les ministères de l'éducation des deux pays se développe de manière dynamique. Depuis 1996, la Russie attribue chaque année des bourses d'État pour la formation et l'amélioration des qualifications des citoyens turcs dans les établissements d'enseignement russes (environ 40-50 bourses). En outre, un nombre important de candidats turcs - selon diverses données, de cent à cinq cents personnes - étudient dans des universités russes sur une base commerciale.

L'Académie des sciences de Russie coopère avec les institutions scientifiques turques dans différents domaines. Il y a des échanges réguliers de visites de scientifiques, de conférences scientifiques, de symposiums, etc.

La coopération sur la base de liens directs entre les universités se développe. Outre les contacts traditionnels (l'université d'État de Moscou Lomonosov avec l'université d'Ankara et l'université d'économie et de technologie de l'Union des chambres et des échanges), des liens éducatifs sont établis entre l'université d'État de Saint-Pétersbourg avec l'université anatolienne d'Eskisehir et l'université Gazi à Ankara ; en mai 2007, les liens universitaires suivants ont été signés :

La coopération basée sur des liens directs entre les universités se développe. Outre les contacts traditionnels (Université d'État de Moscou Lomonosov avec l'Université d'Ankara et l'Université d'économie et de technologie de l'Union des chambres et des échanges de Turquie), les liens éducatifs entre l'Université d'État de Saint-Pétersbourg, l'Université anatolienne d'Eskisehir et l'Université Gazi d'Ankara sont activés et, en mai 2007, l'accord de coopération entre l'Institut asiatique et africain relevant de l'Université d'État de Moscou et l'Université méditerranéenne d'Antalya a été signé.

Dans le domaine des musées, une coopération avec le Musée archéologique d'État d'Antalya, le Musée national de l'Ermitage et le Musée national des arts orientaux est en cours de mise en place.

Les contacts dans le domaine du tourisme se développent activement. En 2008, la Turquie a été classée première parmi les touristes russes. En 2008, 2,2 millions (en 2007 - 2 millions) de Russes ont visité la Turquie. Cependant, 1 million 723 mille touristes de Russie ont visité la Turquie au cours des 9 mois de 2009, soit 13,2% de moins qu'au cours de la même période l'année dernière, où 1 million 983 mille Russes avaient visité le pays.

Actuellement, Rostourism et le ministère du tourisme de Turquie travaillent à la révision de l'accord intergouvernemental existant depuis 1995 dans le domaine du tourisme.