Comment les femmes russes de l'Altaï ont vaincu l'alcoolisme

Il y a près de trois décennies, les femmes de deux villages de l'Altaï ont déclaré la guerre à l'alcoolisme afin de sauver les hommes et leurs villages. Ils se sont réunis et ont créé le territoire de la sobriété. Aujourd'hui, cette mode s'est étendue à d'autres régions.

En 2017, dans les villages russes, l'intoxication alcoolique était la cause d'un décès sur 12 sur 100 000. Pour empêcher leur extinction, les villageois tentent de plus en plus de se débrouiller seuls. Selon le ministère de la santé, un millier de villages ont déjà décidé d'interdire purement et simplement la vente d'alcool dans les magasins locaux.

La Yakoutie est en tête pour le refus de la vente d'alcool - 182 villages se sont déjà déclarés territoires sobres. Au Tatarstan, il y a 15 villages de ce type, à Tyva - à partir de six petits villages, tout le district est devenu sobre. Il y a un village près d'Orenbourg, où la tradition a été établie par la famille des Vieux Croyants, et un village près de Voronezh, où l'expérience n'a pas été un succès. Mais les pionniers des territoires de la sobriété vivent dans la République d'Altaï.

Qui va promouvoir la sobriété en Russie ?


La Russie sans alcool : une lutte inégale contre le "dragon vert
L'alcool est-il utile ? Au moins à petites doses ?
À 200 kilomètres de sa capitale, la seule ville de la région de Gorno-Altaïsk, sur le côté droit de la route Chuisky, reconnue par le magazine National Geographic comme l'une des dix plus belles routes de la planète, dans la vallée de Karakol, sacrée pour les habitants de l'Altaï, se trouvent les villages de Boochi et Kulada. Environ 700 personnes y vivent. Autour d'eux, il y a plusieurs fermes touristiques. Lorsque les touristes se rendent dans les magasins locaux - il y en a deux - ils ne trouvent pas de bière, de vin ou de vodka sur les étagères. La vente d'alcool y est interdite depuis 1985. Les visiteurs s'expliquent cela par l'esprit sacré du lieu ou les interdictions religieuses, mais en fait, l'absence d'alcool dans les villages est le fait des femmes locales. 

"Nous avions une véritable société civile à l'époque, tout le monde était très actif", se souvient Valentina Payantinova, responsable du règlement, qui a introduit la première interdiction de la vente d'alcool au milieu des années 1980 et la maintient à ce jour. À 19 ans, elle a épousé un technicien de cinéma de Kulady, a eu deux enfants, a travaillé dans le village comme institutrice et a chanté dans la chorale qu'elle a créée. En 1980, les habitants l'ont élue - "pour son activisme" - présidente du conseil du village.

"J'ai parlé à toutes les familles de buveurs, je suis allé au domicile des fauteurs de troubles, qui venaient au club en état d'ébriété, je les ai harcelés et grondés. J'ai impliqué le conseil des femmes. Nous avons organisé des veilles et un procès amical.

Quelques années plus tard, elle a été convoquée au Congrès républicain du Parti communiste et a suggéré : "Puisque vous avez des résidents si actifs et que vous luttez si bien contre l'alcoolisme, organisez un mariage sans alcool."

"J'ai accepté parce que j'étais jeune, j'avais 30 ans, j'étais très ambitieux. J'étais gêné de dire non. Mais quand je suis sorti - alors ouch. Et tout le monde a également commencé à dire - comment avez-vous pu, tout autour de la boisson, vendre de la vodka, comment avez-vous pu accepter une telle chose. Quand je suis rentrée à la maison, mon mari m'a dit : "Tu prends tellement de risques, pourquoi as-tu accepté, maintenant les gens vont nous détester, à cause de toi il n'y aura pas d'issue pour moi dans le village. Les enfants pleurent, ils disent qu'ils nous insultent et que toi, mère, tu établis toutes sortes de lois. Il n'y a rien de tel dans les villages voisins. Les enfants des autres villages nous insultent. C'était difficile", dit-elle.

Mais Payantinova a convoqué une réunion des villageois dans le club du village et a fait pencher la balance de son côté. "En tant que président du conseil de village avec cinq ans d'expérience, j'ai commencé à les convaincre, en disant : montrons ce que nous pouvons faire. Ils ont promis le soutien du centre du district - pour envoyer des artistes et du matériel pour la discothèque".

Région de Magadan. Le couple nouvellement marié, Natalya Gurieva, assistante de laboratoire de l'école secondaire n°20 de Sokolskaya, et Vladimir Kalugin, chauffeur du département de construction de KolmaGESstroy, le 10 décembre 1985 dans le village d'Uptar, Magadan. 

À lire : la position des femmes dans la société Bouriate

Six mariages étaient prévus cet été-là. Payantinova a suggéré qu'ils soient tous tenus le même jour et qu'ils soient tous sobres. Deux des six mariages allaient être célébrés par les élèves de Valentina - elle a insisté sur la mémoire de son premier professeur, et ils ont accepté. Le troisième mariage allait être joué par le frère du président de la ferme collective - lui aussi ne pouvait pas laisser tomber l'autorité d'un parent. La ferme collective les a aidés : ils étaient heureux, car "si tous les mariages étaient célébrés en un seul jour, les hommes ne manqueraient pas leur travail avec une gueule de bois, sinon après chaque mariage le village serait ivre pendant une semaine".

Les trois autres couples ne voulaient pas être des moutons noirs. En outre, Payantinova a convoqué les parents des futurs mariés au conseil du village et a eu une conversation avec eux. " Après tout, avec notre aracha de l'Altaï, alcool de contrebande à base de lait, nous pouvions rester assis toute la nuit, personne n'était débauché et ne buvait pas trop. Alors je leur dis que nos ancêtres ne buvaient pas autant que nous, et que maintenant tout le monde se saoule jusqu'aux larmes et se bat, et qu'un mariage est une bonne fête. Eh bien, les gens - où aller - d'accord ! Les gens étaient différents, maintenant je n'aurais pas fait une telle chose", - admet Payantinova.

Premier mariage sans spiritueux à Brest. Brest. Le 31 octobre 1985, un employé d'un des instituts de recherche de Brest, le marié Yuri Panasyuk, et une étudiante de l'Institut pédagogique de Brest, la mariée Alla Matyukha, participent à l'un des procès fictifs.

"Le peuple a décidé. Vous ne pouvez pas aller à contre-courant, n'est-ce pas ? Nous avons accepté et accepté. C'est comme ça que ça s'est passé", se souviennent maintenant les villageois de cette rencontre. Habituellement, toutes les questions urgentes sont discutées lors des rassemblements : le pâturage du bétail, le problème des chiens errants, l'eau, les ordures, les rapports des chefs d'établissement. La question de l'interdiction de la vente d'alcool est toujours en cours de résolution lors de réunions de ce type dans d'autres régions de Russie.

Il est vrai qu'à Boochi et à Kulada, les intellectuels étaient indignés. Plus bruyamment que beaucoup, le novice, aujourd'hui bien connu dans l'Altaï, le poète, écrivain et historien Brontoy Bedyurov s'indignait alors. "Quel genre d'aventurière est-elle ? Qu'est-ce qu'elle fabrique ? Il ne devrait pas y avoir de personnes sobres aux mariages !" - a relayé les mots de Valentina au littérateur. À l'été 2018, 33 ans plus tard, il se repose dans une base près de Boochea, boit de l'arachka et, dans une conversation avec notre correspondant, admet qu'il est "fier des compatriotes qui sont toujours ni ni."

Ainsi, en juin 1985, six couples de Kulady et de Boochey se sont mariés dans la maison des jeunes mariés, ont accompli les rites de l'Altaï, puis se sont rendus au stade du village pour faire du sport, et le soir, ils se sont réunis au club pour une discothèque. "Il n'y avait pas une seule bouteille sur les tables", se souvient Payantinova. - Un groupe de personnes de la ville est venu vérifier, des correspondants, des personnes du comité du parti de l'oblast. Tout le monde buvait du thé. Il y avait beaucoup de mécontents mais ils ont tenu bon, après tout les correspondants prennent des photos, il y a des espions partout. Au coin de la rue, ils étaient préparés pour la soirée, bien sûr. Ils vont au coin de la rue, prennent un verre et reviennent. Mais ils s'accrochent. Des gens pas très ivres en fin de compte. Deux familles qui se sont mariées ce jour-là vivent encore aujourd'hui à Kulada. Et ils conservent les photos des journaux régionaux du jour de leur mariage sobre.
Artistes du théâtre dramatique régional de Gorno-Altaysk.

Le chef du conseil du village a reçu une montre en or du ministère de l'intérieur et un Moskvich rouge du comité exécutif régional. "Les chefs des autres établissements ruraux ont marché et m'ont détesté. J'étais partout une déléguée et une tête d'affiche, car on faisait toujours de moi un exemple pour eux", se souvient-elle. Les habitants de Kulady et Boochey ont commencé à être surnommés "Krasnaya Kulady", d'après le nom de la première commune rouge établie dans la région en 1920. Lors de mariages dans les villages voisins, on disait aux invités de Boochei et de Kulada : "Pourquoi êtes-vous venus ici, vous êtes des Kulada rouges, vous n'êtes pas des buveurs. Pourquoi venez-vous à notre mariage ? Pourquoi gâches-tu notre fête ?" Les gens ne sont pas contents de nous et nous regardent de travers, se plaignent les villageois de Payantinova.

Et elle réfléchissait déjà à la façon de procéder. Le conseil des femmes du village - composé d'une comptable, d'une enseignante, d'un éleveur et d'une tutrice - a commencé à dire qu'il fallait interdire aux hommes de boire. Le conseil des femmes est un organe élu mais non officiel. Elle est apparue en Union soviétique, mais existe encore dans la plupart des grands villages. Une femme de chaque rue du village (à Boochi, par exemple, il y en a cinq) se porte volontaire pour le rejoindre. Le conseil des femmes se réunit de temps en temps. Il est nécessaire d'acheter des ustensiles pour les mariages et les fêtes : dans l'Altaï, il est admis de célébrer les mariages dans tout le village, aucune maison ne possède autant d'assiettes et de couteaux ; le conseil des femmes les achète en gros et les stocke jusqu'à la prochaine célébration. Ou bien il est temps d'aider les familles des mariés à faire la cuisine. Ou bien il est temps de commencer le nettoyage annuel du terrain du village. Le conseil des femmes s'occupe également de questions plus douloureuses.


Participants à un jeu de cheval traditionnel turc, le buzkashi.

Ainsi, les militants de Kulada et de Boochi ont prévu de convoquer à nouveau un rassemblement général et d'interdire la vente de vodka dans les magasins. "Et la lutte entre les femmes et les hommes a commencé. Alors, les hommes se sont agités les uns les autres. Ils ont dit que s'il y avait plus de votes pour les zones de sobriété, alors ils étaient foutus. Et les femmes étaient déterminées à ne pas laisser les hommes boire et à penser à leurs enfants", se souvient Valentina.

Les arguments en faveur de l'interdiction étaient simples : les hommes qui boivent ne peuvent pas s'arrêter à temps, et s'il n'y a pas de recharge sur le côté, alors ils devront aller dans les villages "inférieurs" de la parcelle de Chuisky, trouver une voiture et dépenser de l'argent supplémentaire pour obtenir une nouvelle bouteille. Afin d'obtenir la majorité de votes souhaitée, ils ont tenté une astuce : "Nous avons convenu de ne réunir à la réunion que les femmes et décidé de ne pas en parler aux hommes. Toutes les femmes du village et quatre hommes qui l'avaient découvert d'une manière ou d'une autre sont venus au rassemblement", se souvient Payantinova. - Et en avril 1986, les quatre seules voix du village qui s'opposent à l'interdiction de l'alcool sont ces hommes. Et le soir, les femmes sont rentrées à la maison et ont dit - c'est ça, tu vas devoir aller à Ongudai pour acheter de la vodka. Les hommes, bien sûr, étaient indignés, mais que faire - ils ne sont pas venus à la réunion.

C'est ainsi que la première zone de sobriété est apparue dans l'Altaï. En même temps, une commission de lutte contre l'ivresse a été créée dans les villages. Le conseil des femmes et les anciens vétérans s'y réunissaient après chaque cas de consommation excessive d'alcool et infligeaient aux coupables une amende de 200 à 300 roubles en monnaie d'aujourd'hui. Après trois avertissements, ils les envoyaient en traitement forcé - c'était alors en URSS. "Oh, comme ces gens me détestaient. Ils ont dit que j'avais ruiné leur vie, que je les avais envoyés à la LCTP (clinique thérapeutique et de prévention du travail). Trois personnes sont encore en vie. L'un d'eux était mon voisin. Chaque fois qu'il me voit, il demande : "Tu te souviens que tu m'as envoyé dans un centre de traitement forcé ? Pourquoi moi ? C'était très dur pour moi". 

Payantinova a également infligé une amende à son propre frère, afin que les voisins ne la soupçonnent pas de partialité. Si elle trouvait des shurums en bois - des tireuses de lune altaïques - en possession de quelqu'un, elle lui ordonnait de les brûler. "J'étais détesté et craint. J'avais l'habitude de dire : "Tuez-moi si vous voulez me tuer, s'il vous plaît". Le personnage est si dur. Si un ivrogne me voyait dans la rue, il s'enfuirait immédiatement. Mais je n'étais pas effrayante. J'ai toujours fait ce que j'ai dit", explique-t-elle.

Il y avait des rumeurs selon lesquelles le chef du conseil du village allait être empoisonné. Ce n'était pas facile pour la famille Payantinova. Sa fille était à la maison, pleurant et se plaignant à son père : "Les voisins disent qu'elle fait tout ça juste pour se montrer. Nous n'avons pas de vie dans ce village à cause de maman, et qu'est-ce qu'elle veut, dans les villages voisins, ils boivent et boivent, et personne ne se soucie de savoir pourquoi notre maman a plus besoin que les autres".

Son mari a également souffert : selon le chef du village, tout le monde le regardait de travers, il voulait divorcer. "Mais c'était un homme très autoritaire, il travaillait comme projectionniste, électricien et pouvait réparer n'importe quel appareil. Tout le monde venait le voir : quelqu'un pour réparer une moto, quelqu'un pour réparer un frigo. Cela m'a aussi sauvé. Si j'avais eu un mari qui buvait ou ne me laissait pas travailler, rien ne serait arrivé", a déclaré Mme Payantinova.

En 1986, elle a obtenu une promotion et est partie travailler dans le centre régional - Ongudai. Lorsque l'Union soviétique s'est effondrée, Valentina est retournée à Kulada. Pendant l'absence de Payantinova, le village s'est à nouveau enivré. Dans les villages voisins, on disait en ricanant que "Red Kulada est devenu Red East", car tous les habitants se promenaient avec des bouteilles de bière Red East à la main. "Ils ont bu au point de noter les dettes des vendeurs, ils ont gardé les papiers de dettes pendant trois mois d'affilée, et quand ils sont venus les regarder - il y a de l'horreur. Les bergers manquaient le pâturage à cause de l'ivresse. Les enfants ont faim. Pas de salaire. Il n'y avait pas d'argent, mais il y avait beaucoup de bière. Il est arrivé qu'un homme ait dû vendre un torbasak entier pour rembourser ces dettes de bière", raconte tristement Payantinova. Dans l'Altaï, un torbak (veau) est désormais la monnaie locale, une mesure de la richesse, comme une voiture pour la Russie centrale.

"J'ai réuni à nouveau les femmes et, cette fois-ci, tout le monde s'est mis d'accord sur le fait que nous devions l'interdire à nouveau. Alors je suis resté là pendant 10 ans - pas de salaire, pas d'argent, pas de conneries, le chaos en Russie. En 2000, j'ai voulu partir seule. Les gens disaient qu'ils en avaient assez de moi, que je ne faisais rien d'autre que de faire mes propres lois sèches", poursuit-elle. Payantinova est partie à Gorno-Altaisk et a travaillé dans le bureau du gouvernement jusqu'à sa retraite. Elle est retournée à Kulada pour construire une maison. Elle a vu comment, dans les magasins, on vend à nouveau de la bière et de la vodka. Je n'ai pas pu le supporter et j'ai fait un tract avec un appel aux femmes du village.

"Le conseil des femmes était très heureux de me voir alors. Nous avons organisé des réunions de femmes auxquelles nous avons invité les vendeurs et nous avons dit qu'il fallait garder cette tradition vivante. Mergen, un habitant de Boochei, se souvient que lorsque l'interdiction a été assouplie en 2009 et que, pendant quelques mois, "tout était dans les magasins", les hommes eux-mêmes sont venus à la réunion et ont dit "ramenons la règle". "C'était impossible, chaque jour était l'anniversaire de quelqu'un, et nous le fêtons tous ensemble, tout le village, je pense, boit tout le temps", s'amuse Mergen.


Et en 2013, Payantinova a été à nouveau élue à la tête de l'établissement. "Je suis venu et j'ai tout interdit à nouveau. Déjà sans se battre", dit-elle. Cette fois, Mme Payantinova et ses collègues partageant les mêmes idées ont trouvé une justification légale : un décret du gouvernement russe stipulant que l'alcool ne peut être vendu à moins de 700 mètres des écoles et des jardins d'enfants. Et les deux magasins de Kulada et Boochi sont situés en face de jardins d'enfants et d'écoles. Il y en a aussi un troisième, au loin. Mais aucune bouteille ne pouvait y être vendue : les femmes menaçaient d'en briser les vitres. Un chauffeur de taxi qui avait commencé à apporter de la vodka au village a vu ses pneus crevés. Un couple de chauffeurs qui avait apporté de la vodka et de l'aubépine du centre du district à la demande des habitants et qui les vendait au col de la montagne a été convoqué par les femmes à une réunion générale ("Ils ne voulaient pas y aller eux-mêmes, le policier du district nous les a amenés"). Ils ont dit que "s'ils n'arrêtent pas, ils auront une mauvaise vie", et depuis lors, il n'y a plus de trafiquants d'alcool ni à Boochi ni à Kulada. 

"Maintenant, plus personne ne bipe. Ils vont dans les villages voisins en silence", dit Payantinova. - Les chefs sont mécontents : "Ils ne boivent pas chez elle à Boochi, mais ils viennent chez nous pour boire de la vodka et se prélasser. Et je dis - qui est à blâmer ? Organisez une réunion, et vous n'aurez rien à boire. L'eau ne coulera jamais sous une pierre roulante. Eh bien, ils m'écoutent et se taisent, ils n'ont rien à dire. À Booche et Kulada, c'est calme : beaucoup de gens ne ferment pas leur porte à clé lorsqu'ils quittent leur domicile. Des enfants d'autres villages viennent étudier à l'école modèle. Les huttes sont soignées, il y a des ménages prospères, une bibliothèque fonctionne. Toutefois, l'absence de vodka dans le magasin le plus proche ne préserve pas complètement le village des crimes commis par des ivrognes : par exemple, en mai, un habitant de Boochey, après une querelle d'ivrognes, a battu son fils à mort avec un tisonnier et est allé se coucher. Les partisans de l'interdiction affirment qu'il y aurait dix fois plus de nouvelles de ce type que chez les voisins. Les rapports des journaux locaux suggèrent que les meurtres et les bagarres sont effectivement plus fréquents dans d'autres districts.

 

Deux fois par an, Valentina passe une commande spéciale pour approvisionner les magasins du village en champagne et en vin. Les bouteilles apparaissent sur les étagères les 30 et 31 décembre et les 7 et 8 mars. Ils ne sont vendus avant les fêtes qu'aux femmes qui les ont en main. "Le vin n'est pas de la vodka. Dans le Caucase, en Italie, tout le monde boit du vin à chaque repas, et c'est normal. Et puis les femmes ne boivent pas tous les trois jours. Ils font la fête avec leurs copines et du champagne, puis retournent au travail".

Elle est devenue plus libérale dans ses rencontres avec les ivrognes : "Maintenant, bien sûr, quand je vois des ivrognes dans les clubs, je ne m'en approche pas. Les mœurs strictes sont adoucies par les jeunes épouses "joyeuses", comme les appellent les habitants, que les hommes de Boochei et de Kulada prennent de plus en plus souvent dans les villages voisins, ignorant leurs voisins. Payantinova n'essaie plus d'organiser des mariages sobres.

 

Mais il y a des jeunes de la république qui veulent retrouver ce format. "Nous avons dit à nos proches que nous ferons un mariage complètement sobre. Ils sont, bien sûr, choqués", s'amuse Azzat Kikhiev, président du mouvement public républicain Sober Altai. Azzat Kykhyev et son épouse. "Nous n'aurons que du vin. Et même là, plusieurs parents ont déjà refusé de venir dès qu'ils en ont entendu parler. Les anciens sont très mécontents de nous", ajoute un jeune couple de Shebalino dont le mariage est prévu pour septembre.

Le mouvement public "Sober Altai" préconise un jumelage sobre ("Nous ne prévoyons pas de mariage sobre pour l'instant"), mais la vieille génération s'y oppose fermement. "Même si la jeune famille le souhaite, elle peut dire : "Non, nous allons le faire selon la coutume"", explique Adella Kalkina, fondatrice du mouvement "Altaï sobre" et avocate. Il est de coutume de marier une fille avec une bouteille de vodka et une bouteille de vin rouge. Le marié doit visiter non pas deux maisons mais 40 à 50 - et apporter de l'alcool et un cadeau pour chacune d'elles. Ensuite, la mariée est rachetée - c'est un élément obligatoire, pour lequel il faut une autre caisse de vodka et une caisse de vin. Cette coutume est appelée "boire la mariée".

"Notre société est déjà tellement programmée : obtenir un permis - on boit, acheter une voiture - on boit, un enfant naît - on boit, quelqu'un meurt - on boit", déplore Kalkina. Ils vont au Kazakhstan pour acheter de la vodka pour les mariages et les grandes célébrations - la vodka y est moins chère. Ils ne boivent pas avec les touristes, cependant, mais s'interrogent : "Regardez combien ces Novossibirskites ont bu, à eux deux ils sont arrivés, ont vidé une caisse, le lundi déjà un concombre, je ne me lèverais pas pendant un mois." 

À Gorno-Altaisk, la seule ville de la république, les établissements les plus nombreux après les bureaux de prêt rapide et les prêteurs sur gage sont les brasseries ouvertes 24 heures sur 24. Les entrepreneurs qui ouvrent ces établissements sont appelés barons de la bière. Une table et une chaise suffisent - c'est déjà considéré comme un pub. Les réfrigérateurs et les robinets sont fournis gratuitement par les brasseries. "Vous pouvez même ouvrir sur une parcelle en périphérie - peu importe s'il y avait un endroit non praticable, avec la bière il devient praticable. C'est une entreprise très simple, gérée par de jeunes hommes locaux. La bière est moins chère que l'eau locale "Altyn-su", 30 roubles pour une bouteille d'un demi-litre", déclare le leader de "Sober Altai". Kykhyyev.

"Les habitants de l'Altaï ont une attitude particulière vis-à-vis de l'argent, ils n'ont aucune veine d'entrepreneuriat, beaucoup condamnent même ceux qui vendent du cèdre récolté dans les forêts ou du lait, comme s'ils vendaient les dons de l'Altaï", argumente Kalkina. - C'est pourquoi les gens considèrent que la seule façon de survivre est de trouver un emploi dans le secteur public ou dans les agences gouvernementales. Et il n'y a pas assez d'emplois pour tout le monde. Les gens malchanceux commencent à boire. Nous voulons montrer qu'il est possible de gagner sa vie par ses propres moyens, et pas seulement en étant payé par l'État. S'ils dégrisaient, ils pourraient créer leur propre entreprise.

Nous discutons du mouvement des abstinents de l'Altaï dans une petite église du village de Shebalino. Son recteur, le prêtre du village Pavel Taichenachev, père de six enfants, organise des joggings sobres depuis des années et tient un blog sur YouTube intitulé "Sober Batya".


Il y a d'autres personnes dans la république qui prônent un mode de vie sobre. Il s'agit de la communauté religieuse altaïenne Ak Jan, traduite de la langue altaïenne par "Foi blanche". Ces païens nationalistes agressifs n'utilisent que du lait et de la bruyère dans leurs rituels, refusent catégoriquement tout alcool et tabac et exhortent les autres à ne pas boire. Depuis février 2018, ils ont déjà organisé trois rassemblements dans leurs villages, où ils ont décidé non pas d'interdire la vente, mais de s'entendre pour ne pas acheter d'alcool dans les magasins. Ils encouragent les voisins : si un fils naît dans la famille et que son père et sa mère sont abstinents et fêtent son anniversaire sans alcool, les Ahtianov offrent un torbak à la famille.

Mais en raison de leur attitude agressive envers le bouddhisme (qu'ils considèrent comme une foi imposée par l'État), Ak-Jan est devenu une secte extrémiste pour le gouvernement de la République d'Altaï. À la télévision, ils sont comparés à l'organisation État islamique, interdite en Russie, les maisons des païens sont fouillées, et des brochures sur le renouveau des traditions de l'Altaï ont déjà été jugées à deux reprises au titre d'un article sur l'extrémisme.

Les membres d'Ak Jan se plaignent la nuit à Kulad, assis dans une cabane d'été basse avec un poêle à l'entrée, des bouddhistes, de Russie Unie et des oligarques qui imposeraient leur religion au peuple de l'Altaï. Ici, au cours de conversations sur les forces de la nature et l'oppression des populations indigènes de l'Altaï, ils restent souvent assis jusqu'à quatre heures du matin. Ils racontent comment ils obtiennent des informations sur la sauvegarde de la planète depuis l'espace, comment ils ont récemment calmé un volcan en éveil, comment ils sont allés à Moscou pour défendre leur droit de vénérer la nature et ont été ridiculisés. "On ne nous donne pas de temps d'antenne et nous sommes bannis de la presse locale et des événements. Et nous avons la connaissance de la façon de vivre. Nous voulons l'apporter aux gens", déplorent-ils.

 

Selon les sociologues, les Russes ont une attitude négative envers les abstinents convaincus. "Nous avons dans le pays 12 millions de personnes qui boivent beaucoup, 7 millions qui ne boivent pas du tout, et le reste consomme dans une certaine mesure. Mais l'attitude envers ceux qui ne boivent pas du tout est négative. Ils ressemblent à de parfaits marginaux, des gens étranges qui ont quelque chose qui ne va pas dans leur tête. Et ceux qui boivent - ils sont traités avec pitié et souvent justifiés", a déclaré Igor Zadorin, organisateur et chef du groupe de recherche "Zircon" lors de la table ronde sur les territoires de la sobriété dans la salle publique. Leur recherche intitulée "Territories of sobriety : experience of adoption and enforcement of collective decisions on limitation of production, distribution and consumption of alcoholic beverages in rural settlements and villages" a reçu une bourse présidentielle. Aujourd'hui, les scientifiques travaillent sur les moyens de transférer les pratiques de sobriété dans les petites villes.

"C'est difficile d'être un abstinent en général. Dès que vous dites à vos amis que vous ne buvez pas, ils commencent à vous fuir et à vous regarder de travers, comme si vous ne vous étiez pas assis au même bureau depuis 11 ans. Ils disent : " Vous ne nous respectez pas ? - Kalkina, de Sober Altai, est d'accord. - C'est un tel paradoxe que le droit à la sobriété doive être défendu. Il existe des alcooliques anonymes, et nous parlons d'abstinents anonymes. Je connais des managers qui mènent une vie sobre mais qui n'en parlent pas parce qu'ils ont peur de perdre le respect de leurs collègues".

C'est pourquoi les territoires de sobriété sont bons - ils permettent aux gens d'exercer leur droit à un environnement sobre et à un lieu de vie, a souligné M. Zadorin de Zircon. Selon lui, avec leur aide, la sobriété ne devient pas le comportement marginal d'un individu, mais une norme sociale. 

En moyenne, il faut trois à cinq ans pour organiser un territoire de sobriété. La période n'est pas longue, le problème après cette décision est de tenir bon, dit Varvara Zotova, sociologue et auteur du rapport Zircon. "Cela peut fonctionner si le centre décide de déléguer des pouvoirs aux autorités locales, comme ils l'ont fait, par exemple, en Yakoutie", a-t-elle déclaré. Il est également important d'étudier les techniques efficaces pour remplacer les activités de loisirs alcoolisées, a déclaré Mme Zotova. À Sakha, par exemple, la marche nordique est devenue très à la mode. Et dans la ville de Danilov, qui intéresse désormais les sociologues en termes de pratiques sobres, tout le monde joue au hockey.

En Russie, un mort sur cinq est un homme valide, et l'alcool est la principale cause de l'augmentation de la mortalité. Selon le dernier sondage VCIOM, plus de 40 % des Russes comptent des alcooliques parmi leurs proches et leurs connaissances. Plus de la moitié des habitants du pays sont favorables à l'interdiction de la vente d'alcool aux moins de 21 ans, un tiers sont favorables au traitement obligatoire et près de 40 % au retour des stations de dégrisement. Mais les sociologues préviennent qu'une loi sèche et d'autres interdictions "venant d'en haut" ne peuvent que gêner l'État. "La valeur du mouvement des villages sobres réside précisément dans l'initiative collective à la base", souligne Mme Zotova.


Le village de Klenovskoye, dans la région de Sverdlovsk, a remporté le concours 2017 du "Village sobre". La victoire a permis l'achat de simulateurs pour l'école du village.

Le ministère de la Santé préconise également une attitude prudente à l'égard des organisateurs des territoires de la sobriété. La même interdiction à Bochy et à Kulada est aujourd'hui menacée, car les fonctionnaires du FAS et du ministère de l'industrie et du commerce veulent ramener à 30 mètres l'interdiction de vendre de l'alcool à proximité des installations d'importance sociale. C'est ce qu'a déclaré Darya Khalturina, chef du département de l'Institut central de recherche sur l'organisation et l'information sanitaires du ministère de la santé, lors de la table ronde organisée dans la salle publique.

En outre, dit-elle, Rosalkogolregulirovanie pousse la vente en ligne d'alcool dans les régions, et "en général, l'humeur anti-alcool du gouvernement s'est affaiblie." "Les accises sur la vodka sont gelées depuis plusieurs années. Le poulet devient plus cher, mais pas la vodka. La campagne anti-alcool, lancée en 2009, a entraîné une baisse considérable de la mortalité au sein de la population, l'incidence des psychoses et des empoisonnements diminue, et nous ne devons pas laisser cette tendance positive s'éloigner", a déclaré le spécialiste du ministère de la santé.

Valentina Payantinova prend sa retraite après deux mois à la tête des villages de Kulady et Bochi. Elle envisage de se lancer dans le tourisme vert et de transformer sa maison de Kulady en mini-hôtel. Son adjointe, la fille d'une des mariées qui s'est mariée sobrement à l'été 1985 à la suggestion de Payantinova, poursuit le programme d'interdiction de la vente d'alcool lors des élections pour le nouveau chef du village. "Si le peuple l'élit, tout restera en l'état", assure Mme Payantinova.